La technologie comme milieu, non comme outil

Il ne s’agit donc pas ici d’un livre portant sur les promesses toujours aussi mal tenues d’un art numérique, ou d’une nouvelle complainte sur la perte de la main et de la chair sensible des œuvres. Il s’agit plutôt d’envisager la technologie comme une ligne de fuite qui traverse toutes les pratiques, tous les acteurs, tous les ensembles, tous les niveaux de la chaîne éditoriale du monde contemporain, et bouleverse en profondeur les équilibres anciens qui la soutenaient (à l’heure où il est question d’éditorialiser la ville – la ville 2.0 et son cinquième écran, cette formule est plus qu’une métaphore).
Ce qui est visé dans ce livre, c’est donc moins la technologie numérique conçue comme un outil de plus venant s’ajouter aux anciens outils et matériaux de l’artiste, c’est la technologie perçue indissolublement comme objet et comme sujet, comme moyen et comme finalité, comme médium et comme problème, comme support et comme imaginaire. Ce qui est en jeu, c’est finalement rien moins que ce que nous annonce Valéry dans son texte prophétique, La conquête de l’ubiquité : moins la naissance d’un art nouveau que la remise en cause de la notion même de l’art.

Lire la suite…